Voici que ce Francine Lajoie, parte-parole francophone de C4ST, recommande à ce sujet:

* * *

Bonjour à tous,

Nous avons reçu deux appels téléphoniques la semaine dernière de Lavallois à ce sujet; une dame avait reçu la visite de l’inspecteur et l’autre, une lettre.

lettre HQ avril 2016

La dame a tenu bon.  Depuis, nous avons entrepris quelques démarche afin de mieux nous renseigner.  Pour le moment, Hydro-Québec ne  serait pas autorisée à couper l’électricité autre que pour raison de non-paiement; elle s’apprête d’ailleurs à demander des changements à ce niveau à la Régie de l’Énergie mais des audiences devront avoir lieu et l’autorisation obtenue de cette dernière avant toute chose. De plus, ces « inspections » auraient eu lieu par le passé seulement lorsque le compteur s’avérait défectueux et ces « inspections » actuellement visent les compteurs électromécaniques.

Voici ce que vous pouvez faire;

Répondre par écrit en posant des questions , renvoyant la balle à Hydro en exigeant des explications détaillées du genre:

Indiquez-nous, dans le document  » Conditions de service d’électricité »  à quel chapitre, dans quelle section et sous quel numéro se trouve l’article vous permettant de couper l’électricité à un client qui paie son compte. 

Expliquez-nous en quoi l’inspection est nécessaire puis réitérez  votre souhait de conserver votre compteur électromécanique et les raisons vous motivant à le conserver.

Téléphonez simplement pour aviser que vous avez envoyé une réponse écrite.

Puis, envoyez la lettre d’Hydro ainsi que votre réponse comportant vos questions à votre député provincial, votre maire et la Protectrice du Citoyen en demandant que quelqu’un agisse afin  de mettre fin à ce  qui pourrait être considéré comme de l’intimidation.  Nous avons déjà rencontré des députés afin de leur parler de ce nouveau déroulement dont ils n’avaient pas été informés. Une des choses suggérées:  demander à votre député provincial de faire une intervention afin que le projet de loi ci-dessous soit adopté, projet qui permettrait à la Protectrice du Citoyen d’obtenir droit de regard sur Hydro-Québec. 

2- Projet de loi 196 – Loi modifiant la Loi sur le Protecteur du citoyen:

http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/projets-loi/projet-loi-196-41-1.html

Il s’agit de tenir bon. Il faut espérer que la persévérance et détermination des citoyens à faire respecter leurs droits les plus fondamentaux aura des échos chez nos élus comme cela s’est produit  ailleurs.

Gardons espoir!

Francine Lajoie

Compteurs Intelligents et Porte-Parole Francophone
Smart Meters and French Representation

C4ST logo

C4ST est une coalition nationale sans but lucratif composée de parents, citoyens et experts bénévoles.
C4ST is a national, not-for-profit, volunteer-based coalition of parents, citizens and experts.
http://www.c4st.org

* * *
Si les « inspecteurs » et les installateurs se montrent trop insistants, voici ce que vous pouvez faire:

Voici un modèle de Formulaire d’acceptation de responsabilité des risques liés à l’installation du compteur électronique. Adaptez le texte selon votre situation et imprimez deux copies et gardez à porté de mains pour qu’ils soient disponibles lors de la visite des installateurs. Habituellement les mandataires ou employés d’Hydro-Québec refusent de signer ce type de formulaire et font demi-tour.

Les Québécois en ont ASSEZ! Nous avons assez PAYÉ!

12 avril 1

Manifestation pacifique, familiale et légale! Le trajet à été divulgué au service de police :
Rassemblement au siège social d’Hydro-Québec ( 75 René Lévesque, Montréal ) à 13h

Pour plus d’information, trajet, liste des revendications et covoiturage à partir de différentes régions,
consulter la page FaceBook de Debout contre Hydro-Québec

Les opposants aux compteurs ont rendez-vous dès 12h 30
coin nord/ouest à l’intersection de la rue St-Urbain et du boul. René-Lévesque (côté Complexe Desjardins)

Apportez vos pancartes et vos banderoles!

Affichettes « Nous Refusons les Compteurs » à imprimer, au choix:

compteurs électropolluantscompteurs espions.

Suggestion : une photocopie couleur de votre compteur barricadé (dimension 11′ X 17′ ) fait une excellente pancarte!

Plusieurs photos de compteurs barricadés sont disponibles ici

 Exposition aux radiofréquences, une menace pour la santé sous-estimée?

Conférence du Pr Paul Héroux, PhD, Directeur du programme de santé au travail du département d’épidémiologie, de la biostatistique et de la santé au travail, à l’Université McGill.

Compteurs intelligents d’Hydro-Québec, quelle est la situation?

Conférence de Madame Marie-Michelle Poisson, Porte-parole du mouvement Refusons les compteurs.

Contrairement à ce que Mme Isabelle Courville, présidente d’Hydro-Québec Distribution, et M. Georges Abiad directeur du déploiement de l’infrastructure de mesurage avancée pour Hydro-Québec ont laissé entendre lors de la conférence de presse tenue le 23 janvier 2012 à Montréal, Hydro-Québec n’a pas réussi à compléter le déploiement de la totalité de ses compteurs intelligents dans le cadre du projet pilote de Villeray. Sur les 18 467 compteurs initialement prévus pour Villeray, seulement 12 000 étaient effectivement installés à la fin janvier. Hydro-Québec se retrouve donc avec près de 6 500 compteurs sur les bras qu’elle aura beaucoup de mal à faire installer en raison d’une forte réaction de refus dans le quartier Villeray.

Hydro-Québec ne peut pas non plus prétendre que les 12 000 compteurs déjà installés sont un signe d’assentiment de la population car une bonne part de ces compteurs ont été installés à l’insu et/ou contre la volonté des résidents. Des résidents déplorent les manières cavalières des installateurs qui ont débarqué chez eux souvent sans prévenir. Ceux-ci donnaient peu d’explications et laissaient parfois entendre qu’un refus pourrait entraîner des sanctions de la part de notre société d’État. Pris au dépourvu et intimidés, nombreux sont les résidents choqués qu’on ne leur ait pas vraiment demandé leur avis ni laissé le choix de recevoir dans leur foyer un appareil pouvant représenter une risque pour la santé en raison des radiofréquences qu’il émet en permanence.

Des lettres, certainement plus qu’une dizaine, signifiant le refus de laisser installer les compteurs et aussi des lettres exigeant le retrait des compteurs malencontreusement installés ont été envoyées à Mme Courville et à la Régie de l’énergie qui examine présentement la demande d’autorisation d’Hydro-Québec d’aller de l’avant avec le déploiement de 3.8 millions de compteurs pour l’ensemble du Québec.

Plus significatif encore a été le refus tacite et massif des résidents de Villeray qui, à partir du début du mois de janvier ont tout simplement « oublié » de prendre rendez-vous avec les installateur ou « n’ont pas entendu la sonnette » lorsqu’ils se présentaient chez eux. La résistance de la population a été telle qu’Hydro-Québec a dû annoncer en date du 23 janvier 2012 qu’elle mettait un terme prématurément à son projet pilote qui devait pourtant se poursuivre jusqu’au mois de mai. Désormais les techniciens ne se présenteront plus aux portes des appartements pour changer les compteurs que sur rendez-vous et uniquement à la demande du client. De plus, tous les rendez-vous ont été repoussés de quelques semaines et regroupés afin que le déplacement des techniciens en vaille la peine…

On peut donc dire que le refus des citoyens de Villeray a été assez significatif pour contrecarrer le plan de déploiement initial d’Hydro-Québec.

Les inquiétudes soulevées par les résidents de Villeray sont légimes et méritent qu’on s’y attardent un peu. Il faut savoir que l’arrondissement Villeray a été choisi comme projet pilote en raison du fait que 89% des compteurs se trouvent dans les maisons. 70% des compteurs se trouvent dans la cuisine, une pièce très fréquentée et souvent exiguë où il est pratiquement impossible de respecter la « distance requise » de trois pieds spécifiée par M. Abiad lui-même. Celui-ci n’a cependant jamais accepté de préciser pourquoi des activités à proximité du compteur en deçà de cette distance ne seraient pas recommandées.

Plusieurs autres questions demeurent sans réponse. Les compteurs émetteurs de radiofréquences ne sont pas conçus pour être installés à l’intérieur des habitations et n’ont donc jamais été testés selon ces conditions particulières d’utilisation. Comment se comportera cet appareil dans un espace clos habitable ? Comment prévoir la trajectoire des micro-ondes pulsées lorsqu’elles sont réfléchies sur les surfaces métalliques des électroménagers ? L’effet des micro-ondes pourrait-il être multiplié ? Dans les immeubles à logements on retrouve des compteurs groupés par dizaines. Peut-on craindre l’effet cumulatif des micro-ondes émises par ces grappes de compteurs ? Enfin, certains compteurs situés près des routeurs destinés à relayer les informations recueillies vers des antennes de plus forte puissance, émettent à une fréquence nettement supérieure aux compteurs situés loin des routeurs. Au lieu d’émettre un signal pulsé à toutes les 30 ou 60 secondes, ces compteurs peuvent émettre à toutes les 10 ou 20 secondes ou plus encore.

D’après M. Abiad, « seulement » 3 % des compteurs domestiques ont eu ce comportement atypique mais aucun résident n’en a été avisé. Pour Villeray, il s’agit tout de même de 360 sur 12 000 compteurs déjà installés qui représentent un risque supplémentaire et il est inadmissible que les premiers intéressés, c’est-à-dire les 360 foyers qui vivent quotidiennement en compagnie de ces compteurs hyperactifs, n’aient droit à cette information.

Voilà pourquoi, en raison du manque de transparence et de bonne foi d’Hydro-Québec, qui invoque sans cesse la norme de protection extrêmement laxiste et complaisante de Santé Canada (code 6) pour prétendre que les compteurs sont absolument sans danger pour la santé, une forte résistance citoyenne a vu le jour dans Villeray.

Le projet pilote de Villeray, avorté au 2/3 de sa réalisation, ne sera probablement pas d’une grande utilité technique puisque des données partielles peuvent difficilement mener à des conclusions valides et probantes.

Mais le projet pilote de Villeray aura au moins permis de faire la démonstration sans équivoque que l’acceptabilité sociale du projet de déploiement de 3.8 millions de compteurs dans l’ensemble de la province est loin d’être acquise.

Marie-Michelle Poisson, Animatrice du blog Villerayrefuse.wordpress.com

option de retrait

Publié: janvier 5, 2015 dans informations

Les frais de relève passent de 17$ à 5$ par mois et les frais d’installation passent de 137$ à 85$.
Voir la décision de la Régie de l’Énergie – le résumé – le communiqué de presse

conditions de service mises à jour

Si vous avez déjà un compteur émetteur de radiofréquences, Compteur nouvelle génération (CNG) ou Compteur de première génération ( Itron C1SR), demandez sans plus tarder  un compteur non communicant (CNC).

Afin de vous prévaloir de l’OPTION DE RETRAIT cliquez ICI

Soyez vigilants

Publié: janvier 5, 2015 dans informations

Le site Refusons les Compteurs offre des informations plus complètes sur le projet de déploiement des compteurs ainsi que les références vers les autres groupes locaux.

Hydro-Québec installera les nouveaux compteurs malgré les avis de non consentement qui lui ont été envoyés. Les nouveaux compteurs peuvent être installés en un rien de temps même en votre absence si le compteur est facilement accessible.

Un grand nombre de citoyens ont réussi à garder leurs anciens compteurs électromécaniques en ne se laissant pas intimider par les menaces des installateurs et en n’ouvrant pas leur porte lorsque les compteurs sont à l’intérieur du domicile.

Plusieurs citoyens n’ont pas hésité à barricader leurs vieux compteurs à roulettes afin d’empêcher l’installation des nouveaux compteurs à RF.

compteur barré 2compteur coucoujoliette 2Smart Meter Lock 2

AUCUN FRAIS supplémentaires n’ont été facturés aux citoyens qui ont fait respecter leur liberté de choix.
* * *  VOYEZ LA PREUVE SUR VIDÉO  * * *

Attention! Les installateurs, payés au rendement, induisent les clients en erreur en affirmant
que 
des pénalités seront chargées à ceux qui gardent les anciens compteurs à roulette.

 

Dans Villeray, Hydro-Québec a dû mettre un terme prématurément à son projet pilote en raison d’un manque flagrant d’acceptabilité sociale. Sur 18 467 compteurs prévus, plus de 6500 compteurs émetteurs de radiofréquences n’ont jamais pu être installés car les résidents ont refusé d’ouvrir leur porte aux techniciens. Au moins 37 demandes officielles de retrait de nouveaux compteurs installés sans le consentement des résidents sont parvenues à la direction d’Hydro-Québec.

Exposée depuis l’automne 2011 à la présence des nouveaux compteurs dans leur domicile, une large partie de la population de Villeray sert toujours de cobaye dans le cadre d’un projet pilote mettant à l’essai les compteurs  “intelligents” d’Hydro-Québec.

( Téléjournal Montréal; Anne-Marie Dussault fait le point avec le journaliste scientifique Michel Rochon ici )

( album photo ici )

Ces nouveaux compteurs représentent un risque pour la santé publique en raison des radiofréquences qu’ils émettent en permanence?

( Rapport du Dr David O. Carpenter déposé devant la Régie de l’Énergie du Québec ici )

Les “smart meters” sont vivement contestés partout en Amérique du nord tant aux États-Unis, en Australie qu’au Canada ( Alberta et C.-B. ). La contestation s’organise aussi au Québec.

Nous demandons au gouvernement du Québec:

1) Qu’il impose à Hydro-Québec un moratoire immédiat à l’installation de tout compteur émetteur de radiofréquences en raison des risques sérieux qu’ils représentent pour la santé humaine;

2) Qu’une commission d’enquête itinérante, publique et transparente, composée de manière paritaire, soit créée, sous l’égide du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE), afin de bien évaluer le projet dans son ensemble et de faire le point sur les risques liés à l’électropollution;

3) Qu’il exige d’Hydro-Québec qu’elle accorde à tout abonné, sur simple demande écrite, sans tracasserie administrative ni frais supplémentaire, le remplacement rapide de tout compteur émetteur de radiofréquences déjà installé par un compteur électromécanique, ainsi que le droit de conserver les compteurs électromécaniques déjà installés.