Archives de novembre, 2012

Suivi médical

Publié: novembre 16, 2012 dans informations

Il est extrêmement déplorable qu’Hydro-Québec n’ait aucunement prévu d’assurer une étude sanitaire de l’implantation des compteurs émetteurs de RF dans le cadre du projet pilote de Villeray,  ni d’assumer ses responsabilités en procédant à des vérifications techniques sur le terrain et en apportant un soutien réel aux personnes en détresse.

Selon la notice du fabricant, pour être conforme aux limites d’expositions aux radiofréquences pour la population générale exposée de manière non-contrôlée, l’antenne contenue dans le compteur doit être installé de manière à offrir une distance de séparation d’au moins 20 cm de tout personne et ne doit pas être située au même endroit ni fonctionner en même temps que n’importe quelle autre antenne ou transmetteur. Vous devez donc être particulièrement vigilants si le compteur est directement accessible, si vous avez plusieurs compteurs regroupés et si les compteurs sont en présence d’autres appareils émetteurs tels les Wi-Fi, téléphones sans fil ou consoles de jeux. Dans tous ces cas le s compteurs pourraient ne plus se conformer aux normes sécuritaires et Hydro-Québec n’a effectué aucun contrôle lors de l’installation pour que ces normes soient respectées. (Voir le cas de M. Pierre Lepage)

Les principaux symptômes et malaises rapportés par les personnes exposées quotidiennement aux RF émises par les compteurs sont : troubles du sommeil et de l’appétit, nausées, migraines, étourdissements, irritations cutanées, palpitations cardiaques, acouphènes et fatigue généralisée.

Si vous pensez que votre santé est affectée par la présence des compteurs émetteurs de Rf ( Focus Landi-Gyr ou Itron) et/ou des routeurs n’hésitez pas à nous écrire à villerayrefuse@gmail.com

Nous pourrons alors vous donner les coordonnées de trois médecins qui travaillent dans la même équipe de santé environnementale et qui ont convenu d’assurer le suivi médical des personnes affectées par les compteurs. Le cas échéant, ces trois médecins pourront constituer un dossier sanitaire et demander qu’une étude épidémiologique en bonne et due forme soit entreprise par la direction de la santé publique du Québec.

Très important!

Pour faciliter les diagnostiques et éventuellement documenter les recours en justice, plusieurs médecins et avocats conseillent de tenir un journal de bord détaillé faisant état des dates, lieux et circonstances où les symptômes apparaissent et disparaissent pour chaque membre de la famille. Il est aussi opportun de noter les faits concernant les animaux de compagnie, les animaux de ferme et les végétaux qui vivent à proximité des compteurs, des routeurs, des collecteurs et antennes relais,  émetteurs de radio-fréquences.

Un appareil de mesure est aussi mis à  votre disposition ici

Un excellent dossier sur les effets sur la santé peut être consulté ici. ( en anglais)

D’autres informations sont regroupées dans la page Pourquoi refuser?

Le reportage diffusé à TVA Nouvelles est visible ici

Une famille de quatre personnes rapporte éprouver des symptômes tels que migraines, nausées, perte d’appétit, étourdissements, insomnies et palpitations cardiaques depuis que les 6 compteurs sont installés dans leur cuisine située au demi-sous-sol. Ils ont demandé le retrait des 6 compteurs, mais Hydro-Québec n’a toujours pas donné suite à cette demande.

Le témoignage de Pierre Lepage  est disponible sur le site de la Régie  ici

Le 5 octobre 2012, malgré les nombreux témoignages de personnes dont la santé a été affectée par la présence des compteurs émetteurs de Rf dans leur domicile, la Régie de l’Énergie a accordé à Hydro-Québec l’autorisation de déployer ses compteurs intelligents pour la phase I du projet qui couvre tout le territoire de la CMM soit l’Île de Montréal, l’Île de Laval et les couronnes Sud et Nord.

Nous devons maintenant plus que jamais nous opposer à ce projet insensé.

décision Régie (sommaire)   décision Régie (complète)   décision Régie (option de retrait)

L’option de retrait est un leurre!

Publié: novembre 12, 2012 dans informations

 Les clients aux prises avec des compteurs multiples à l’intérieur d’un logement sont sans recours.

« [26] Le Distributeur est conscient que l’Option de retrait ne règlera pas tous les cas de figure qui pourraient se présenter, mais il soumet que l’Option de retrait saura satisfaire la très vaste majorité des clients qui ont des préoccupations avec les Compteurs de Nouvelle Génération. Selon le Distributeur, le cas des compteurs multiples à l’intérieur d’un logement touche très peu de clients. Ainsi, il y a tout au plus 700 cas de compteurs regroupés dans les logements* sur les 3,8 millions de clients de la province. » Extrait de la décision de la Régie.

En effet, les demandes de retrait ne pourront se faire que sur une base individuelle; un individu ne pouvant réclamer que le retrait du compteur qui correspond à son abonnement. De plus, un client aux prises avec plusieurs compteurs dans son logement ne pourra bloquer l’accès aux techniciens afin de préserver les anciens compteurs mécaniques sous peine de se voir couper l’électricité. La Régie a aussi endossé un nouveau règlement qui rend les autres résidents de l’immeuble responsables de prendre les recours nécessaires envers un tiers afin de garantir l’accès aux compteurs sous peine de la même sanction.

Hydro-Québec et la Régie se lavent les mains de toutes conséquences financières qui incomberont aux locataires et aux propriétaires qui sont invités à se battre devant les tribunaux  ou à assumer avec fatalisme la détérioration de leur qualité de vie ainsi que  la perte de valeur de location et de revente des logements lotis de multiples compteurs.

« [34] La Régie est d’accord avec la position du Distributeur. L’emplacement des compteurs, qu’il y en ait un ou plusieurs ne relève pas du Distributeur mais du propriétaire de l’immeuble. Les Conditions de services ne peuvent pas régir les relations contractuelles entre un propriétaire et ses locataires ou entre copropriétaires. La solution à ce problème relève du droit privé et non des Conditions de service. » Extrait de la décision de la Régie.

En terminant, rappelons que tout ce raisonnement est fondé sur le principe fallacieux du « demandeur-payeur », fausse analogie avec le  principe de « pollueur-payeur », laissant entendre que le demandeur est cause d’une nuisance dont il devrait assumer la responsabilité alors que dans le cas qui nous occupe, le demandeur doit plutôt se prémunir d’une nuisance dont il n’est nullement la cause mais à laquelle il est exposé  en raison de circonstances nouvelles qu’il n’était pas en mesure de prévoir au moment d’emménager dans son logement ou d’acquérir sa propriété.

La décision de la Régie étant sans appel, il incombe désormais à ceux et celles qui ont la malchance d’héberger dans leur logis la totalité des compteurs de leur immeuble de soumettre leur cas particulier à leur conseiller municipal et à leur député provincial qui sont tenus de par leurs fonctions d’intercéder dans l’intérêt de leurs commettants.

Ceci dit, il faut rejeter cette politique individuelle d’option de retrait confinant au « cas par cas » et confortant de ce fait l’égoïsme de clients se croyant moins affectés. L’augmentation de l’électrosmog ambiant généré par l’ensemble du réseau de compteurs communicants par micro-ondes affectera tout le territoire urbanisé du grand Montréal ( phase 1) et il faut donc demeurer solidaires et continuer de contester ce projet insensé de déploiement des Compteurs de Nouvelle Génération dans son ensemble.

Lien vers la version intégrale de la décision : http://internet.regie-energie.qc.ca/Depot/projets/129/Documents/R-3788-2012-A-0030-DEC-DEC-2012_10_05.pdf

Marie-Michelle Poisson, Résidente du quartier Villeray

* N.B. Ce nombre de « 700 cas de compteurs regroupés dans les logements » nous semble complètement farfelu en raison du fait que dans la plupart des secteurs résidentiels de l’Île de Montréal, il n’existe pratiquement pas de résidences unifamiliales. Nous pensons qu’Hydro-Québec ne prend pas en compte sciemment les compteurs groupés dans des salles de compteurs, dans des garages ou dans des sous-sols attenants aux pièces habités. Dans la plupart de ces cas, les matériaux de construction laissent passer les ondes dans les pièces habitées exactement comme si les compteurs s’y trouvaient.